La Ville de Bruxelles développe une vision pour l’avenir des intérieurs d’îlots de Laeken

La Ville de Bruxelles développe une vision pour l’avenir des intérieurs d’îlots de Laeken

Comment densifier plus intelligemment ?

La Ville de Bruxelles lance avec le Bouwmeester – Maître Architecte une étude urbanistique sur les intérieurs d’îlots à Laeken. L’étude doit cartographier la situation existante et nous aider à mieux évaluer et anticiper les projets de densification résidentiels à venir. En même temps, la logique de densifier à tout prix est dépassée. Nous devons prêter beaucoup plus attention à la qualité de vie et d’habitat de nos résident.e.s actuel.le.s et futur.e.s.

Les cages à poules : hors de question !

Ans Persoons, Échevine de l’Urbanisme (Change.Brussels) :

Avec le confinement, certain.e.s habitant.e.s se mettent à rêver d’un espace plus grand et d’un jardin. Et s’installer à la campagne n’est pas une solution durable. Cela montre d’autant plus que nous devons réfléchir attentivement à la façon dont nous voulons densifier en ville. Si nous voulons y garder les familles, nous ne pouvons pas décemment construire des « cages à poules », mais au contraire, miser sur des logements attractifs et de qualité avec beaucoup d’espace vert. Cette étude s’inscrit dans notre volonté de bien gérer la densification.

Un intérieur d’îlot, c’est quoi ?

Si on observe la ville depuis le ciel, on constate que se dessinent entre les rues de grands « îlots » : un ensemble d’habitations avec des jardins ou des dépendances qui se rejoignent à l’arrière ; c’est ce qu’on appelle un « intérieur d’îlot ».

Certaines zones de Laeken – en particulier, la partie sud de la ligne de chemin de fer 50 – sont très densément bâties. Cette partie du tissu urbain est caractérisée par des bâtiments beaucoup plus rapprochés avec, d’une part, du bâti continu et, d’autre part, des fragments industriels plus importants, le tout dans des rues beaucoup plus étroites. La plupart de ces habitations sont aujourd’hui occupées par des familles, ce qui a mené à une prolifération de divisions de logements et de dépendances variées. On observe aussi que les zones de stockage industriel ainsi que les ateliers dans les intérieurs d’îlots ont souvent été abandonnés et négligés durant des décennies mais qu’ils ont progressivement été achetés par des promoteurs ces dernières années.

Pourquoi cette étude ?

Nous avons constaté que ces projets de densification résidentiels manquent globalement d’ambition et de qualité. La Ville de Bruxelles souhaite mieux évaluer et anticiper les futurs permis soumis pour des projets de développement dans les intérieurs d’îlots à Laeken. Nous devons veiller à ce qu’il y ait suffisamment d’espace vert et d’espace extérieur accessible, mais également garantir un bon équilibre entre vie privée et lien social ainsi que des fonctions mixtes. Les intérieurs d’îlot constituent un contexte idéal pour expérimenter de nouvelles formes d’habitats – collectifs et/ou intergénérationnels -  et ainsi tendre vers une ville durable. Or, nous manquons d’un cadre clair pour cela. L'objectif de l'étude n'est pas d'élaborer un cadre réglementaire supplémentaire, avec des lignes directrices strictes pour chaque îlot, mais bien de développer une vision globale avec une méthodologie clarifiant ce qui est souhaitable pour chaque type d'îlot identifié. Les recommandations urbanistiques formulées devront être complémentaires au cadre réglementaire et permettre ainsi à la Ville et à la Région de développer qualitativement les intérieurs d’îlot, sur base d'une vision partagée.

Le marché comprend les phases suivantes :

  • Phase 1 : développement d’une connaissance partagée des intérieurs d’îlot à Laeken ainsi qu’une vision sur leur futur développement ;
  • Phase 2 : développement d’outils urbanistiques pour encadrer le développement des intérieurs d’îlot ;
  • Phase 3 : réalisation d’un document de communication résumant de façon didactique la connaissance, la vision et les outils développés.

Détails pratiques

  • Ensemble avec le Bouwmeester – Maître Architecte, la Ville de Bruxelles cherche un bureau d’étude.
  • Le cahier des charges a été approuvé par le Conseil Communal hier soir en date du 11 mai 2020.
  • La mission sera attribuée en juillet 2020 afin qu’elle puisse débuter mi-août.
  • Le budget prévu pour l'étude est de 100.000 € HTVA.

    PHOTO: © Séverin MALAUD
A propos de Ans Persoons

Ans Persoons

Échevine de l'Urbanisme, des Espaces publics, de la Culture et de l'Enseignement néerlandophones