La Ville de Bruxelles et la Régie des Bâtiments soutiennent l’occupation temporaire

La Ville de Bruxelles et la Régie des Bâtiments soutiennent l’occupation temporaire

Le premier projet pilote ouvrira bientôt ses portes avec « Arlon 104 »

Situé au cœur du quartier européen, le bâtiment « Arlon 104 » appartient à l'État fédéral et est géré par la Régie des Bâtiments. Ce bien date des années soixante et est longtemps resté vide et inoccupé. La Régie des bâtiments et la Ville de Bruxelles se sont mises ensemble à la recherche d’un partenaire pour donner une nouvelle fonction au bâtiment dans le cadre d’une occupation temporaire, une politique sur laquelle la Ville souhaite se concentrer à l'avenir. Dans ce cas-ci, la Ville a pris contact avec les propriétaires qui savent que leur immeuble restera inoccupé pendant un certain temps pour les convaincre de l’occuper de manière temporaire.

Un projet win-win

Arlon 104 est un projet pilote. Le Service Planification de la Ville de Bruxelles a commencé les recherches sur ce bâtiment dans le cadre de sa participation au projet européen URBACT 2nd Chance – “Waking the sleeping giants” dont un des volets visait à réfléchir sur la réactivation de bâtiments inoccupés.

Le bâtiment situé au numéro 104 de la rue d’Arlon appartient à la Régie des Bâtiments (le gouvernement fédéral) et n'a pour l’instant pas de nouvelle destination. Le bâtiment a été complètement vidé à l'intérieur.

Laurent Vrijdaghs,
Administrateur Général de la Régie des Bâtiments :

Le bâtiment n’a pas encore de destination nouvelle ou définitive. C'est pourquoi nous avons décidé, en collaboration avec le European District Fund (Fonds Quartier Européen, fonds d’entreprise de la Fondation Roi Baudouin) et la Ville de Bruxelles, de trouver une occupation temporaire pour le rez-de-chaussée et les 2ème et 3ème étages en prévision d'une éventuelle vente future de l'immeuble. C'est une situation win-win.

Ans Persoons,
Échevine de l’Urbanisme à la Ville de Bruxelles :

L'occupation temporaire doit devenir la norme. En premier lieu, nous allons chercher dans les bâtiments vides qui sont gérés par les services publics. La Ville se montre stricte avec les propriétaires privés, mais les nombreuses autorités publiques ayant des immeubles à Bruxelles doivent jouer un rôle exemplaire.

Un accord exemplaire

La Ville de Bruxelles et la Régie des Bâtiments ont conclu un accord. Étant donné que la Régie des Bâtiments met à disposition gratuitement une partie de son immeuble dans le cadre d’une occupation temporaire, elle n'aura pas à payer la taxe relative aux immeubles inoccupés. C'est la première fois que la Ville de Bruxelles conclut un tel accord.

Philippe Close,
Bourgmestre de la Ville de Bruxelles :

Nous espérons que le succès de  « Arlon 104 » convaincra d'autres propriétaires de faire de même. Cette collaboration démontre une fois de plus que la taxe sur les immeubles inoccupés est un incitant particulièrement efficace.

Khalid Zian,
Échevin du Logement à la Ville de Bruxelles :

Il existe une taxe communale pour les immeubles et terrains à l’abandon, négligés, inoccupés ou inachevés. Le règlement prévoit une exonération de cette taxe, lorsque, comme dans ce cas-ci, une réactivation temporaire de l’immeuble est prévue. C’est sur base de cet instrument que nous nous sommes appuyés pour réactiver le bâtiment de la rue d’Arlon.

Un énorme potentiel

Comme le bâtiment était désaffecté, quelques travaux ont dû être réalisés afin de remettre le bâtiment aux normes de sécurité (raccordement eau et électricité, sécurité incendie, électricité et éclairage, réparation des dégâts des eaux…). Ces travaux ont débuté en janvier et devraient être achevés pour la mi-novembre 2020. Les coûts de ces travaux sont pris en charge par la Régie des Bâtiments.

Ans Persoons :

Pour signifier qu’à nouveau des choses se passent à l’intérieur, la Ville de Bruxelles veut également intervenir à l'extérieur. L'intention est de faire de l'espace extérieur le long de la rue Jacques de Lalaing une sorte de ‘pocket park’ / jardin urbain. Le projet doit mettre en valeur le bâtiment. De plus, nous avons travaillé avec un bureau de graphisme pour intervenir sur le grand mur du bâtiment. Les coûts de ces interventions sont supportés par les charges d'urbanisme payés par des promoteurs développant des projets dans le quartier.

StamEuropa: un immeuble bruxellois dédié au quartier européen

La Régie des Bâtiments a conclu une convention d’occupation temporaire avec le Fonds Quartier Européen. À partir de novembre 2020 (en fonction de l'évolution de la crise Covid-19), ils pourront gérer une partie du bâtiment (rez-de-chaussée, 2ème et 3ème) et chercher des partenaires / organisations pour le faire "vivre" avec eux. L'objectif est de faire de ce bâtiment un nouveau lieu de dialogue innovant entre les citoyen.ne.s et l'écosystème européen. Une scénographie innovante, différents formats et règles de conversation ainsi qu'une grande offre de restauration devraient contribuer à donner une nouvelle destination au quartier européen plutôt monofonctionnel jusqu’à présent. StamEuropa, le nom du projet, doit devenir le lieu incontournable des studios, ateliers et conférences de toutes sortes d'organisations et d'institutions pour que le caractère démocratique du quartier européen acquière une dimension nouvelle, innovante et participative. Le projet se concentre sur les habitant.e.s du quartier, les Bruxellois.es et même les Européen.ne.s qui visitent Bruxelles… À suivre!

 

 

Contact presse Régie des Bâtiment
Johan Vanderborght
presse@regiedesbatiments.be (FR)
0479 31 26 91

Contactez-nous
Thi-Tiên Trân Attachée de presse, Cabinet de l'Échevine Ans Persoons
Thi-Tiên Trân Attachée de presse, Cabinet de l'Échevine Ans Persoons
A propos de Ans Persoons

Ans Persoons

Échevine de l'Urbanisme, des Espaces publics, de la Culture et de l'Enseignement néerlandophones