Laeken est un des gagnants de la campagne ‘Trésors Cachés’ de Recupel

Laeken est un des gagnants de la campagne ‘Trésors Cachés’ de Recupel

Près de 10.000.000 : voilà le nombre d’ampoules et d’armatures collectées grâce aux Belges en 2018. Une prouesse collective qui mérite d’être récompensée ! C’est dans cette optique que Recupel a lancé durant l’automne 2019 une campagne invitant chacun à présenter son ‘trésor caché’ : un endroit remarquable, mais méconnu, qui mérite d’être placé sous le feu des projecteurs, au propre comme au figuré. ‘Souvenir de l’expo 58’ à Laeken est un des ‘trésors cachés’ gagnants.

Entre le 21 octobre et le 17 novembre 2019, pas moins de 249 ‘trésors cachés’ ont été proposés à Recupel. Sur la base de ces envois, un jury spécialisé a nominé les sites les plus remarquables et techniquement possibles. Les 10 gagnants sont : Laeken (‘Souvenir de l’expo 58’), Hoeilaert (‘Oude gietijzeren weg’), Tamise (‘Het Voske’), Dinant (‘Le four à pain’), Yvoir (‘Collège St. Paul Godinne’), Bruxelles (‘Le Canal’), Ternath (‘De Kakelbank’), Gullegem (‘De Dromer’), Louvain (‘Walvis’) et  Hooglede (‘Het Gesprek’).

Avec un éclairage plus approprié, déjà installé à Laeken, Recupel mettra ‘Souvenir de l’expo 58’ en lumière pour le plus grand plaisir des riverains et des passants. L’éclairage utilisé est économe en énergie (en utilisant uniquement des lampes led) et fabriqué en Belgique.

Peter Sabbe,
CEO de Recupel:

Nous sommes ravis du succès rencontré par notre action. En consultant toutes les candidatures reçues, on ne peut que se réjouir du grand nombre de sites remarquables qui agrémentent nos villes et communes. Nous remercions chaleureusement les participants de nous avoir indiqué la localisation exacte de ces endroits, et nous félicitons de tout cœur les gagnants. Recupel offrira à ces sites l’éclairage qu’ils méritent.

‘Souvenir de l’expo 58’ : une œuvre « inconnue » appréciée par ses habitants

Ans Persoons,
Échevine de l’Urbanisme à la Ville de Bruxelles, en charge de l’art dans l’espace public:

Cette œuvre nichée au cœur de Laeken, sur la place Saint-Lambert, intrigue. Nous savons qu’elle a un lien avec l’exposition universelle, mais ne disposons pas d’autres détails à son sujet. Nous ne connaissons pas l’artiste, ni l’origine ou la signification de l’œuvre. Cette œuvre d’art très curieuse donne de la couleur et une identité au quartier et de nombreux habitants y sont attachés. Le comité de quartier Triangle tente depuis plusieurs années déjà de donner à ce trésor caché toute l’attention qu’il mérite. C’est ainsi qu’ils ont réagi au concours lancé par Recupel. La Ville de Bruxelles remercie les habitants du quartier pour leur implication et se réjouit que cette pièce unique du patrimoine bruxellois soit à présent ‘mise en lumière’. Nous espérons que l’intérêt particulier porté à cette œuvre aujourd’hui permettra de percer le mystère autour de ses origines. Nous sommes ouverts à toutes vos suggestions !

Le Comité de quartier Triangle ajoute :

La Place Saint-Lambert à Laeken constitue un espace charnière entre la ville habitée et la ville visitée. En effet, de nombreux touristes passent à cet endroit lorsqu’ils visitent le Heysel, l’Atomium et les différents parcs avoisinants. Ils y côtoient les habitants et utilisateurs, scolaires notamment, du quartier. Cette dimension multiple invite à une redynamisation des abords de la place. C’est dans cet esprit que le Comité de quartier Triangle Houba-Sobieski-Heysel a voulu – littéralement – mettre un coup de projecteur sur cet espace trop délaissé.

Les ampoules sont recyclables à 92%

En 2018, les Belges ont été très nombreux à déposer leurs ampoules et armatures déclassées dans un point de collecte Recupel. Cette grande démarche collective a permis d’en récolter quelque 9.633.793. Par le biais de la campagne ‘Trésors cachés’, Recupel souhaite remercier tous nos compatriotes pour leur contribution à la qualité et à la beauté de notre environnement, et les encourager à poursuivre dans cette voie.

Peter Sabbe, poursuit:

Les ampoules sont certes de petits objets, mais le recyclage de chacune d’entre elles fait une grande différence. Les matériaux qui les composent, tels que la poudre fluorescente et le verre, peuvent être recyclés presque entièrement (92%). Une ampoule usagée n’est donc pas un simple déchet, mais contient les matières premières qui permettront de fabriquer de nouvelles ampoules. En recyclant de plus en plus de matières premières, puis en les utilisant dans un schéma de production circulaire, on réduit considérablement le volume de matières premières vierges à prélever de notre planète. En déposant ses ampoules usagées dans un point de collecte, chaque Belge contribue ainsi significativement à la préservation de notre planète, via une économie plus circulaire.

Contactez-nous
Thi-Tiên Trân Attachée de presse, Cabinet de l'Échevine Ans Persoons
Saar Bentein Porte-parole de l'asbl Recupel
Thi-Tiên Trân Attachée de presse, Cabinet de l'Échevine Ans Persoons
Saar Bentein Porte-parole de l'asbl Recupel
A propos de Ans Persoons

Ans Persoons

Échevine de l'Urbanisme, des Espaces publics, de la Culture et de l'Enseignement néerlandophones